A PARAÎTRE - CATALOGUE GENERAL - COLLECTIONS - DROITS - SOUSCRIPTION -

Menu
  Accueil
  Historique
  Catalogue calaméo Balzac-éditeur
  Vos questions
  Contacts
  Délai de livraison
  Conditions de vente

Ma commande
0.00 €

Rechercher




Traduction


Newsletter
  
    S'abonner
    Se désabonner


caisse d'épargne paiement securise



Accueil > Cahiers européens des Sciences sociales No3


Description détaillée:

Risque, Vulnérabilité et Protection sociale
Sous la direction d'Anne-Marie Mamontoff

Cette troisième livraison des Cahiers porte sur la thématique du risque, de la vulnérabilité et de la protection sociale. Anne-Marie Mamontoff, tout d’abord, analyse les politiques de sécurité se rapportant au tourisme et, plus particulièrement, au secteur hôtelier, les représentations ainsi que les « biais perceptifs » et les logiques de type « profane » ou « naturel » ayant une forte incidence sur l’adhésion aux mesures de prévention et sur l’efficacité des gestes à accomplir et des attitudes à adopter en cas d’accident ou d’attentat. Frédérick Lemarchand, de son côté, s’interroge sur la signification que revêt la fréquentation de lieux de désastre, tel Tchernobyl : la visite de cette zone contaminée, incarnant – à travers l’explosion du réacteur n°4 – la plus grande catastrophe nucléaire planétaire, est-elle synonyme de profanation et de désacralisation, ou relève-t-elle d’une obligation morale et d’un devoir de mémoire traduisant une dette des survivants à l’égard de ce que Karl Kraus appelait les« vaincus de l’histoire » ? Ce « voyage » dans la « ville fantôme » de Pripyat, poursuit Dominique Pécaud, pose de nombreuses questions, celle notamment du « retour sur soi » et du « souci d’autrui », sans oublier les conditions d’éveil du sentiment de « compassion » et de ses différentes composantes, qu’il s’agisse de la reconnaissance, de l’engagement ou de la solidarité.
Angela Christie, pour sa part, s’intéresse aux actes de violence perpétrés outre-Atlantique envers les femmes amérindiennes : derrière cette violation des droits de la personne et, plus spécifiquement, du respect du principe d’intégrité physique, se conjuguent pauvreté et exclusion, disqualification et relégation. Dans une tout autre optique, Eric Dugas – prenant appui sur les enseignements de la praxéologie motrice – se propose de comparer les décisions de sportifs et de non-sportifs face à des situations proches de ce que les théoriciens des jeux désignent sous le vocable de dilemme du prisonnier, le modèle de l’énaction – développé, entre autres, par Varela – étant ici privilégié car combinant les « allers et retours » des « contraintes extérieures » et de l’« activité générée intérieurement au fil de la vie ».
La contribution de Thierry Foucart, quant à elle, s’inscrit pleinement dans les débats contemporains ayant trait, sur fond de crise de l’État-providence, à la réforme des retraites, répartition et capitalisation n’étant pas forcément exclusives et devant concilier liberté et responsabilité. De tels arbitrages, font observer Noël Flageul et Gilles Ferréol, sont également présents lorsque l’on questionne l’opportunité d’un « droit à compensation » et d’une prise en charge de la dépendance, consécutivement à une perte d’autonomie physique ou mentale, dans ses manifestations les plus douloureuses telle la maladie d’Alzheimer. Dans un contexte budgétaire de plus en plus drastique, il est probable que les solidarités familiales et de proximité, en dépit d’un appel accru aux professionnels de la santé et des soins, soient appelées à se renforcer. Le sort des personnes âgées, souligne Patrick Legros, répond à des enjeux similaires : l’entrée en résidence – foyer-logement ou maisons de retraite médicalisées – est fonction de nombreux motifs (hospitalisations, problèmes de motricité, veuvage, sentiment d’insécurité ou d’isolement) correspondant à des « niveauxde sociabilité » très variés lesquels, à leur tour, peuvent générer des « relations de domination » afin de tenter d’échapper à la stigmatisation associée au vieillissement. Jean-Yves Dartiguenave, enfin, se focalise sur les préoccupations et les pratiques quotidiennes des travailleurs sociaux et réhabilite, dans la perspective d’une sociologie à la fois « clinique » et « transactionnelle », le registre des passions, des affects et du vécu émotionnel.
Un volume, on l’aura perçu, dense et copieux !

Cahiers européens des Sciences sociales No3
(ISBN : 978-2-913907-7)
Quantité:

Prix : 16.00 €




Les commandes des pays suivants : Royaume uni, Pays du Magreb, Afrique, ne sont pas prises en compte sauf par mandat "western union"
Copyright BALZAC EDITEUR ©